Les bonbons, les épinards, le Edgerank et le Pagerank

Ce post est une réponse à l’excellente analyse de Cyrille Franck (aka @cyceron) notamment sur la modification du Edgerank de Facebook. Ce post est une réponse à l’excellente analyse de Cyrille Franck (aka @cyceron) notamment sur la modification du Edgerank de Facebook.

Ce post est une réponse à l’excellente analyse de Cyrille Franck (aka @cyceron) notamment sur la modification du Edgerank de Facebook.

Le post est extrêmement bien documenté, et répond aux nombreuses inquiétudes de la presse française face aux géants du web que sont Facebook, Google et bientôt twitter. Je trouve cependant que certaines craintes ou accusations méritent d’être commentées.

1- Les médias ont fait la course aux fans, sans forcément chercher la qualité, mais le nombre.

Je m’explique : depuis 2011, j’ai travaillé et été contacté par plusieurs médias (et marques) pour les aider à « faire grossir leur page fan » avec des campagnes de publicité sur Facebook.

Généralement pour une raison simple : leur concurrent direct avait trois fois plus de fans.

Problème : malgré nos avertissements, une grande partie d’entre eux ne voulait pas nécessairement cibler des personnes qui correspondaient à leur audience, parce qu’elle étaient trop chères, mais préférait cibler un maximum de personnes à moindre frais.

En effet, si on cible une campagne vers une parisienne diplômée bac+5 de 35 ans, son coût au clic (et sa possible conversion en fan) est beaucoup plus cher que si on cible un francophone qui a un profil qui intéresse moins les annonceurs. Par exemple un jeune sans diplôme et sans argent, qui habite au Maghreb (où il y a moins d’annonceurs).

C’est parce que j’ai des informations qui m’intéressent que je viens tous les jours sur Facebook, pour avoir des nouvelles de mes amis, les nouveautés de marques et les dernières nouvelles intéressantes publiées par les médias.

L’objectif de Facebook (au delà de gagner de l’argent), est de proposer le contenu qui vous intéressera le plus sur votre timeline. Pas de proposer le TOUT le contenu des éditeurs de presse, ou des marques de boissons gazeuses. Facebook est centré sur son utilisateur, pas sur ses clients (les marques qui payent de la pub) et c’est tant mieux.

3 – Les bonbons vs les épinards ou TF1 vs France 5

Parler de prime publicitaire aux 5 plus gros médias français et de contenu uniquement qualitatif vs une course aux scoops et aux contenus « chauds » (ou qui buzzent) ne peut pas fonctionner dans la vraie vie.

En tout temps, les médias les plus populaires dans leurs secteurs ont toujours dû faire usage de techniques et suivre les tendances pour dépasser leurs concurrents (TF1, Bild, The Sun, France Soir, NRJ, etc.).

Aujourd’hui sur Internet, on cherche à être le premier à savoir ce qui va faire la une dans 3 heures, en analysant les signaux faibles sur… les réseaux sociaux (il existe également des pratiques moins catholiques pour faire de l’audience).

Vos lecteurs veulent des bonbons, vous leur en donnez et c’est très bien. Savoir les agrémenter d’épinards est noble, et très bon pour l’image. Maintenant, si vous ne leur donnez que des épinards, Facebook ne leur affichera pas, parce qu’ils veulent des bonbons.

C’est peut-être déplorable mais c’est parce que Facebook est « user centric » qu’il fonctionne aussi bien.

Reste qu’il est en effet plus délicat de faire « liker », commenter ou partager des événements tragiques qu’un saut stratosphérique, j’en conviens. Mais si votre contenu correspond à votre audience, et que Facebook fait bien son travail d’algorhitmie, vous aurez beaucoup plus que 16% de vos fans qui verront vos posts.

Il y a dix ans, Google et son Pagerank ne notaient un site que s’il avait plein de liens qui pointaient vers lui. Aujourd’hui un nombre incroyable de nouveaux paramètres sont entrés en jeu, pour améliorer et simplifier vos recherches. Sur Facebook, on ne prend pour l’instant en compte que le taux d’engagement, ça n’est pas suffisant, cela va forcément changer.

Je ne suis pas un expert de Google, mais en ce qui concerne Facebook, je ne peux pas être d’accord sur le « phagocytage ». Facebook a besoin de contenu intéressant, pour ses multitudes de profils de lecteurs. Il n’a donc aucun intérêt de tuer les éditeurs à petit feu, mais il doit adresser leur contenu aux bonnes personnes. Le Edgerank n’est pas un algorithme parfait, mais je crois qu’il tend à s’améliorer et c’est une bonne chose.

1 CommentLeave a Comment


  • Répondre

    cyrille Frank

    10 years ago

    Bonjour Matthieu,C’est mon tout de venir sur ton terrain… ;-)Oui, je vois bien l’intérêt d’un client de mieux cibler grâce à Facebook. Je comprends aussi clairement l’intérêt premier du lecteur de se voir proposer des contenus qui lui plaisent, a priori.En aucune façon, il ne s’agit de servir que des épinards, bien évidemment. Tout est question d’équilibre, c’est ce qu’on appelle dans le jargon journaleux, "une ligne éditoriale".Je ne prétends pas non plus que FB cherche à "tuer à petit feu" les éditeurs, bien au contraire ! Il a tout intérêt à les faire vivre le plus longtemps possible, puisqu’il en est en quelque sorte le "parasite" (le terme est un peu fort, je te le concède).En revanche, cette logique pousse les éditeurs à une course à l’engagement qui les dépossède de leur ligne éditoriale. Il ne s’agit pas d’image, mais bien de service au lecteur. Mais sur la durée. C’est pourquoi, j’utilise l’analogie de l’éducation des enfants. France Soir est mort d’avoir trop proposé ce que ses lecteurs voulaient à court terme. ce qu’un journal comme Newlook a bien compris également, puisqu’il proposait du cul, mais aussi du reportage choc. Il ne s’agissait pas que d’alibi à l’achat, mais aussi d’image de soi qu’on renvoie au lecteur.L’intérêt des éditeurs de presse et d’établir un lien avec son lecteur sur la durée, et partant, de répondre à ses besoins pluriels. C’est ce que je raconte dans cet article : http://www.mediaculture.fr/2011/01/03/la-presse-doit-repondre-aux-motivations-plurielles-de-ses-lecteurs/PS : désolé pour le doublon, une mauvaise manip’…A bientôt du côté de Montmartre ! :-)Cyrille

Écrire un commentaireSoyez courtois.

Votre commentaire